History
Icon-add-to-playlist Icon-download Icon-drawer-up
Share this ... ×
...
By ...
Embed:
Embedded player size:
Embedded player preview:
Icon-play-large
MedCast Radiographies MP3
by MedCast
Time-length-icon 5m 22s
Plays-icon 593
Icon-like
Publish-date-icon December 6, 2007
Icon-add-to-playlist Add to Playlist
Icon-download-mini Download Episode

Subscribe-itunes-badge
EPISODE DESCRIPTION

Ce script représente mon interprétation entant qu'étudiant en 2e année de Médecine. Il est fourni entant qu'aide à l'étude et n'a pas comme objectif d'être une ressource primaire. Veuillez pardonner les erreurs grammaticales.

Le sujet de cet épisode est l’approche aux radiographies orthopédiques et comment décrire une fracture.

Nous commençons par définir certains termes :

Une fracture est une perte de la continuité dans la structure d’un os, avec ou sans déplacement des structures.

Une luxation est la perte complète des rapports normaux entre les surfaces articulaires d’une articulation. Une subluxation est une perte des rapports normaux avec le maintien d’un contact entre les surfaces articulaires.

Une réduction est le processus de remise en position anatomique de fragments osseux déplacés par une fracture, ou de remise en position d’articulations luxées.

La première étape de l’évaluation d’une radiographie est

* d’identifier le patient,
* vérifier la date,
* identifier la ou les vues, portant une attention particulière au coté du corps du patient,
* obtenir l’histoire du patient
* et obtenir, si possible, des radiographies antérieures.

Ensuite, on évalue si le cliché est de bonne qualité, en vérifiant :

* L’exposition,
* La position du patient
* La préparation du patient
* Et la représentation adéquate de l’ensemble des structures évaluées et impliquées, comme par exemple s’assurer de voir l’os entier pour évaluer les fractures secondaires et s’assurer qu’une portion du cliché n’est pas cachée par un objet métallique.

Une fois qu’on est assuré de ces critères, on peut évaluer la condition du patient.

On regarde l’anatomie présentée sur le cliché, portant attention aux articulations et à l’alignement des os. On vérifie ensuite l’intégrité du périmètre osseux et des structures cartilagineuses. Il est très important de se demander comment la fracture affecte les tissus mous comme les nerfs et les vaisseaux sanguins et de chercher pour toute pathologie autre que la raison de consultation qui pourrait être visible sur le cliché (comme des néoplasmes, des infections, de l’inflammation ou un désordre congénital). Finalement, on détermine la présence ou l’absence de corps étrangers ou d’air.

Un aide mémoire pour cette approche est ABCs : Anatomy Bones Cartilage Soft tissues.

Il est important de répéter ce processus pour tous les os et chaque articulation.

Pour décrire une fracture on adopte une nomenclature anatomique plutôt que fondée sur les éponymes.

Pour décrire une fracture, on commence avec un bref historique du patient et de sont état, suivi du lieu de la fracture, précisant le nom du patient, l’os, le coté du corps et la subdivision de l’os. Pour la subdivision, on peut utiliser la géométrie anatomique, décrivant la fracture comme étant dans l’os proximal ou distal, latéral ou médial, et dans les os longs on peut préciser par rapport aux plaques de croissance, soit articulaire, métaphysaire ou diaphysaire.

Ensuite on décrit la qualité de la fracture, précisant si elle est complète ou incomplète, simple ou comminutive, et si les fragments traversent la peau ou non. Une fracture avec un fragment qui traverse la peau est dite ouverte. On décrit aussi la géométrie de la fracture, indiquant si elle est transverse, oblique, en spirale ou segmentée.

Le déplacement des os est qualifié selon la translation, le changement de la longueur totale, l’angulation, et la rotation du segment distal.

Une translation est définie par rapport au diamètre de l’os. La translation est quantifiée comme le % de déplacement ou le pourcentage d’opposition. Un os fracturé dont le diamètre est de 4cm, et dont le segment distal est déplacé d’un cm, est en déplacement de 25% ou en opposition à 75%. On spécifie si le déplacement est latéral, médial, antérieur ou postérieur.

Une fracture qui a subit une translation d’au moins 100% peut aussi changer la longueur totale d’un membre. Quand la longueur totale du membre est réduite, on dit qu’il y a chevauchement. On peut préciser si le chevauchement est latéral, médial, antérieur ou postérieur et la longueur perdue en cm.

Le segment distal de l’os fracturé peut se déplacer pour ne plus être parallèle à l’autre segment. On parle alors d’angulation. L’angulation est quantifiée par le plus grand angle que forme le segment distal avec sa position anatomique. Il est important d’avoir plus d’une vue radiographique pour établir l’angulation en 3 dimensions. On peut préciser si l’apex de l’angle formé par les segments de la fracture est latéral, médial, antérieur ou postérieur.

Un changement soudain apparent du diamètre du segment distal, ou une discordance des angles de vue des structures rattachées au segment distal par rapport aux structures rattachées au segment proximal indique une rotation.

Dans la population pédiatrique on observe plus fréquemment certains types de fractures, comme une fracture de la plaque de croissance, une fracture incomplète ou de gauchissement (buckling en anglais).

COMMENTS
You must be logged in to post a comment.
ABOUT
MedCast Icon-followers 0 Icon-episodes 10
GO MOBILE
Check us out on mobile! Get the PodOmatic Podcast Player for iOS and Android.
App-store-badge Google-play-badge
x
Embed Code
After customizing your player (optional), copy and paste the embed code above. The code will change based on your selections.
Color:

Size:
300x85
440x85
620x85
Custom
Width: px
Height: 85px

Min. width: 200px


Start playing automatically?
No Yes
Help | Terms | Privacy | Partners | PRO Support
© 2015 PodOmatic, Inc.